DoNotPay, une application qui fait sauter plus d’un PV sur deux

Un étudiant anglais de 19 ans a mis au point un programme qui est une sorte de "robot-avocat". Ce dernier est en effet conçu pour contester automatiquement des PV considérés comme injustes. À ce jour, le robot a déjà permis d'annuler plus de 160 000 PV au Royaume-Uni et en aux États-Unis.

donotpay contestation pv

Joshua Bowder est un anglais de 19 ans, étudiant à l’Université Standford, aux États-Unis. Il y a un peu plus de deux ans, il eut la brillante idée de mettre au point un chatBot, un petit logiciel interactif qu’il avait à l’époque développé pour son usage personnel. En effet, après avoir reçu plusieurs PV de stationnement, dont il considérait beaucoup comme étant infondés, il a créé le programme DoNotPay. Ce dernier lui permettait de contester automatiquement ses PV, lui évitant un processus en temps normal bien plus tracassant.

Comment cela fonctionne ?

DoNotPay est un chatBot, qui n’est rien d’autre qu’une intelligence artificielle programmée dans ce cas précis pour aider les humains à rédiger une lettre de contestation. L’application est disponible en version web sur le site internet donotpay.co.uk.

En s’y connectant, on se voit proposer une liste de motifs pouvant rendre un PV injustifié. Après que l’utilisateur ait choisi ceux qui correspondent à son cas, le programme va générer automatiquement une lettre de contestation reprenant les éléments relevés, avec des textes de loi à l’appui pour justifier la non-validité du PV. Il ne restera plus qu’à imprimer le courrier et à l’envoyer au service en charge des contestations.

Alors que Joshua Bowder ne l’avait au départ développé que pour ses propres soucis d’amendes, le programme a commencé à être utilisé par son entourage, puis par un public beaucoup plus large. Lancée dans sa version publique en septembre 2015, l’application a déjà permis de sauter plus de 160 000 PV aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Au total, plus de 250 000 contestations ont été traitées, ce qui équivaut donc à un taux de réussite de 64 %.

Malheureusement, le service n’est pour le moment pas encore disponible en France. Il faut rappeler qu’un service similaire, mais pas tout à fait pareil avait été lancé ici l’année dernière. « Flash Avocat » avait en effet fait parler de lui il y a quelques mois. Il s’agit d’une plateforme qui permet d’avoir rapidement des conseils d’avocats avec une simple photo de PV.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !