Doliprane pédiatrique : Est-il dangereux pour les enfants ?

Depuis quelques semaines une pétition se répand comme une traînée de poudre sur internet. Lancée par une mère de famille, celle-ci a déjà récolté près de 110 000 signatures et réclame le retrait du marché du médicament Doliprane pédiatrique dont un composant serait cancérigène.

doliprane pediatrique

À l’origine de la pétition, une mère de famille

Le Doliprane pédiatrique est un médicament en vente libre à base de paracétamol anti-douleur et anti-fièvre et présenté sous forme de sirop. Destiné aux enfant dès leur plus jeune age, celui ci est connu de tous les parents.

Il y a un mois, Nathalie B. adresse une pétition via le site Change.org à la ministre de la Santé et aux laboratoires Boiron qui commercialisent le produit, afin d’en demander le retrait.

Selon elle, le médicament contiendrait un colorant, le E122 encore appelé azorubine classé parmi le groupe 3 du Circ, (Centre International de Recherches sur le Cancer) et donc, présumé cancérigène. Le produit rendrait également les enfants hyperactifs.

Pourtant tout ne serait pas aussi simple et il semble que la maman, aussi attentionnée soit-elle, ait peut-être manqué de renseignements.

Le Doliprane pédiatrique pas dangereux mais à utiliser avec précaution

En ce qui concerne l’aspect potentiellement cancérigène, aucune étude ne prouve jusque ici que ce soit le cas du Doliprane pédiatrique.

En effet le Circ classe le E122 parmi les produits « inclassables quant à leur cancérogénicité pour l’Homme ». Ce qui signifie qu’aucune dangerosité n’a pu être établie.

Si des pays comme les USA, l’Autriche, la Norvège, la Suède, le Canada et le Japon l’ont interdit c’est uniquement par précaution. La Suède l’a d’ailleurs ré-autorisé depuis. Selon le Pr Gérard Pascal, expert en sécurité des aliments pour l’OMS :

« Les différents comités d’experts ont conclu que cet additif n’induit aucun effet cancérogène aux vues des différentes études récemment menées. »

Quant à l’hyperactivité, la communauté scientifique reste divisée et bien que la mention « Peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants » soit désormais obligatoire depuis 2010 sur tous les médicaments contenant le colorant rouge E122.

En cas de doute, n’hésitez pas à poser la question à votre médecin généraliste ou à votre pédiatre, toutefois la pétition fait débat.

Pour le moment les parents ne risquent rien à continuer à donner du Doliprane pédiatrique à leurs enfants, tant que les doses sont respectées et que la consommation du produit reste exceptionnelle. Même aromatisé à la fraise, un médicament reste une substance chimique dont il ne faut pas abuser.

Face à aux différentes questions, les laboratoires Sanofi ont publié un communiqué visant à rassurer les parents :

« Suite aux dernières évaluations de l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments en 2009 et 2015) prenant en compte l’ensemble des données disponibles de toxicité et de tolérance de l’azorubine, son utilisation ainsi que sa dose journalière acceptable n’ont pas été remises en cause. »


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !