Des distributeurs d’histoires courtes disposés dans les lieux publics de Grenoble

Afin d’ouvrir la culture au plus grand nombre, la municipalité de Grenoble a disposé huit distributeurs d’histoires courtes dans ses bâtiments publics. Menée de concert avec le site internet de la start-up Short Edition, cette initiative a pour but de rendre à la fois moins ennuyeux et plus culturels et intéressants les moments passés dans les files d’attente.

Désormais, plutôt que de regarder les écrans de leur smartphone et autres tablettes, les grenoblois et grenobloises seront encouragés à lire des histoires courtes, écrites par les membres de Short Edition, et qui seront donc distribuées par l’intermédiaire des bornes prévues à cet effet.

distributeur histoires courtes

Grenoble encourage à la lecture et à la diffusion de la littérature courte

Le maire Eric Piolle et les créateurs de Short Edition se sont récemment rencontrés afin de discuter de la mise en place d’un projet culturel dans la ville. Dirigée par Europe Ecologie Les Verts, la mairie de Grenoble s’est alors accordée avec la maison d’édition en ligne pour mettre à la disposition de tous les œuvres publiées sur short-edition.com, et cela, de manière entièrement gratuite !

C’est ainsi que les grenoblois et grenobloises pourront lire gratuitement les meilleures œuvres sélectionnées par le comité de lecture de ce site spécialisé dans la littérature courte et qui organise tout au long de l’année des concours d’écriture dans les catégories BD courtes, nouvelles, poèmes et textes courts.

Ces petites histoires, prosaïques ou versifiées, seront imprimées sur demande par le distributeur, avec la possibilité pour les lecteurs de choisir la longueur de l’histoire parmi des formats 3 ou 5 minutes.

On retrouvera ces bornes à l’Hôtel de Ville, à l’Office du tourisme, dans plusieurs centres sociaux et dans des bibliothèques municipales. Grâce à cette initiative, on pourra donc passer le temps en s’enrichissant culturellement avec des œuvres littéraires d’auteurs encore méconnus du grand public et qui pourront ainsi jouir d’une nouvelle visibilité.

Rappelons alors que la mairie écologiste de Grenoble n’en est pas à sa première mesure avant-gardiste, puisque la ville a banni les panneaux publicitaires de son espace public en 2014.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !