Devenir parent serait pire que perdre son emploi, subir un divorce ou même perdre son conjoint

Si certains moments de la vie sont considérés comme bons (remise de diplôme, mariage, nouvel emploi …), d’autres sont au contraire clairement identifiés comme tristes et difficiles à vivre (séparation, maladie, décès).

Une étude surprenante révèle que, pour une partie des nouveaux parents, avoir un premier enfant serait pire que perdre leur emploi, divorcer et même perdre leur conjoint.

futurs parents

Mesurer le bonheur des couples sur une échelle de 1 à 10

L’étude menée par Rachel Margolis, chercheur en sociologie à l’université de Western Ontario, et Mikko Myrskylä, directeur au Max Planck Institut de Recherche Démographique sur 2016 allemands s’étend de l’annonce de la grossesse jusqu’à la deuxième année du bébé.

Les scientifiques cherchent à mettre en évidence une incohérence entre le nombre d’enfant que les couples déclarent souhaiter (2) et le nombre d’enfant qu’ils mettent effectivement au monde (1.5 en moyenne depuis 40 ans).

Afin de mesurer le niveau de satisfaction de chacun et pour permettre la libre et simple expression des sentiments la question apparaît ainsi : « À que point êtes vous satisfait de votre vie, tous points considérés ? ». Il s’agissait pour chacun de répondre par une note via une échelle de 1 à 10.

Une note rapidement décroissante

Si la plupart des couples interrogés s’attribuent une note haute au moment de l’annonce de la future naissance (cette note pourra même augmenter durant l’attente de bébé), la moyenne subit une chute vertigineuse de 1.4 point après la naissance de l’enfant :

  • 37% des sondés s’octroient un point de bonheur en moins
  • 19% d’entre eux vont jusqu’à 2 points
  • 17% enfin perdent trois points de bonheur une fois devenus parents

À titre de comparaison et en utilisant la même échelle, un divorce fait perdre 0.6 point, la perte d’un emploi représente 1 point au même titre que le décès d’un conjoint.

devenir parent serait plus dur que perdre son conjoint

Lorsque l’on demande aux couples interrogés de préciser leur sentiments, leurs réponses concernent tout particulièrement 3 points bien distincts.

Les mères se plaignent essentiellement des douleurs et nausées quotidiennes peu compatibles avec leur vie active alors que les pères soulignent plutôt les problèmes médicaux liés à la grossesse ainsi que les complications qui peuvent surgir le jour de la naissance.

Enfin, chacun s’accorde à dire que prendre soin d’un nourrisson est extrêmement difficile à cause des biberons ou des horaires des tétées, du manque de sommeil, de l’isolement, de la perte de certains amis et de la dépression qui peut s’installer.

De votre côté si vous êtes parent, êtes-vous d’accord avec cette étude ?


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !