Désolé, la sodomie n’a aucun effet positif sur la santé

Une folle rumeur s’est propagée cette semaine sur le web insinuant que la sodomie pourrait avoir des effets bénéfiques sur le transit intestinal, le tout justifié par une étude insolite menée par l’Université de Santiago au Chili.

Vous en doutez, il s’agissait d’un fake.

ne pas entrer panneau

Une fausse étude sur les bienfaits de la sodomie reprise dans les médias

Le sujet a par exemple été repris pour « Le fil d’Ariane », chronique de l’émission de Brigitte Lahaie sur RMC ensuite relayé sur le site de bfmtv le 27 janvier.

D’après une pseudo étude menée par une certaine professeure Maria Carreveda de l’Université de Santiago au Chili, le fait de pratiquer très régulièrement la pénétration anale aurait eu une incidence bénéfique sur la qualité d’un transit paresseux ou sur les douleurs abdominales chroniques.

Toutefois après vérification le site a rapidement mis à jour son article, supprimé la vidéo publiée et expliqué qu’il s’agissait d’un fausse étude initialement présentée par un autre site web, « Koideneuf ».

jeune-femme

Pour le moins étonnant, le protocole de cette étude devait être le suivent ; réunir 50 femmes souffrant toutes de troubles intestinaux et n’ayant jamais pratiqué la sodomie. Chacune d’elle se serait engagée à avoir des rapports sexuels de ce type très régulièrement, puis, la gêne occasionnée par leurs troubles aurait à nouveau été mesurée un mois après l’expérimentation.

La fausse étude devait ainsi démontrer que le bénéfice de cette pratique, à raison de 3 à 4 relations sexuelles par semaine, sur les muscles des intestins était équivalent à une rééducation complète pour 36% des participantes.

Quand on sait qu’une femme sur deux ayant déjà tenté l’expérience n’a pas du tout été convaincue et que seules 6% de celles qui utilisent le sexe anal parviennent à atteindre l’orgasme grâce à lui, on se dit que finalement ce n’est pas plus mal si cette étonnante étude est fausse !


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !