Des chauves-souris vampires se nourrissent de sang humain au Brésil

 Des chercheurs brésiliens viennent de faire une découverte surprenante qui montre qu'une espèce de chauve-souris a commencé à se nourrir de sang humain.


De nombreux mammifères – comme les humains – peuvent survivre grâce d’un large éventail d’aliments, allant des plantes aux animaux, en passant par les fruits, pour peu qu’ils aient des valeurs nutritives capables de combler leurs besoins physiologiques. Mais il existe également des créatures qui ne survivent qu’avec un régime très spécifique. Parmi elles, il y a les rares espèces de chauves-souris vampires qui se nourrissent exclusivement de sang. Lorsqu’elles n’en trouvent pas, elles peuvent mourir en moins de trois jours.

Trois espèces de chauves-souris sont connues pour se nourrir de sang et elles sont toutes originaires du continent américain. Deux de ces trois espèces sont connues jusqu’à ce jour pour se nourrir de diverses sources de sang, mais pas de sang humain. La troisième, la chauve-souris à pattes velues ou Diphylla ecaudata,  est une espèce se nourrissant exclusivement de sang d’oiseaux.

Des chercheurs avaient par le passé mené une expérience au cours de laquelle ils avaient mis du sang de porc et de chèvre à la disposition de plusieurs Diphylla ecaudata, mais ceux-ci avaient clairement montré qu’il ne s’agissait pas d’un régime qui leur convenait, certains ayant même préféré mourir de faim plutôt que de diversifier leur alimentation. Mais parfois, il peut-être surprenant de constater à quel point certaines conditions peuvent forcer les animaux à adapter leur régime.

Les forêts sèches de la Caatinga, au nord-est du Brésil, ont commencé depuis quelques années à être investies par les populations locales environnantes. Ces dernières ont commencé à abattre les arbres et à chasser les oiseaux sauvages. Conséquence, ces oiseaux dont les chauves-souris suçaient le sang pour se nourrir ont commencé à se faire rares.

Un groupe de chercheurs de l’Université fédérale de Pernambuco, à Recife, au Brésil a donc décidé d’investiguer afin de voir de quoi ces chauves-souris se nourrissaient vu que leurs principales sources de repas commençaient à se raréfier, pensant qu’elles ont décidé de se tourner vers les animaux domestiques que les humains ont apportés avec eux.

Les auteurs de l’étude expliquent qu’ils voulaient savoir « comment l’espèce se comportait dans une situation de rareté des oiseaux sauvages et d’augmentation de la disponibilité des animaux domestiques ».

Les analyses génétiques d’une quinzaine d’échantillons de matières fécales ont montré que ces chauves-souris avaient notamment consommé du sang de poulet. Mais elles ont également montré – et c’est une grande surprise – que les excréments de ces chauves-souris présentaient des ADN de sang humain.

« Nous avons été très surpris », a déclaré Enrico Bernard, le principal auteur de l’étude. « Cette espèce n’est normalement pas adaptée pour se nourrir du sang des mammifères ».

La découverte est d’autant plus étonnante que le sang des oiseaux dont se nourrit le Diphylla ecaudata est constitué en grande partie d’eau et de graisses, tandis que le sang de mammifère est riche en matières sèches, principalement en protéines. Les scientifiques craignent qu’un tel changement puisse présenter un risque pour les nouveaux hôtes humains. En effet, les chauves-souris portent et peuvent transmettre aux humains certains virus mortels .


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !