Découvrez 10 films d’horreur terrifiants et inspirés de faits réels

La plupart des films d’horreur sortent tout droit de l’esprit torturé d’un metteur en scène ou d’un scénariste qui cherche à procurer le grand frisson à ceux qui se rendront dans les salles obscures.

Mais il arrive que leur imagination soit stimulée par des faits divers, c’est ainsi que certains des plus grands films d’horreur sont tirés d’histoires réelles.

films dhorreur inspires histoires vraies

Celui qui regarde un film d’horreur tout seul le soir dans le noir ou même sur grand voir très grand écran au cinéma entre amis, passe une partie de son temps à se convaincre que « ce n’est qu’un film » ou à regarder les séquences à travers les doigts d’une main à peine ouverte.

Et pour cause, si nous sommes conscients que la plupart des choses que l’on voit n’existent pas, une partie de notre inconscient garde en mémoire le fait que les horreurs vues l’écran peuvent être réelles ; c’est le cas des films qui suivent et sont tirés d’histoires vraies.

Voilà de quoi remplir vos rêves … ou vos cauchemars !

The Conjuring

the conjuring

Assez récent puisqu’il est sorti en salle en 2013, « The Conjuring » suit la trame d’une histoire vraie vécue par un couple de chasseurs de fantômes, le démonologue Ed Warren et sa femme Lorraine Warren médium. Très actifs et reconnus aux États-Unis dans les années 60 et 70, c’est en 1971 que la famille Perron qui vient de s’installer dans sa nouvelle maison près de Rhodes Island fait appel à eux.

Très rapidement des phénomènes paranormaux et violents vont s’enchaîner jusqu’à ce que Carolyn la mère de famille tente de sacrifier l’une de ses cinq filles. Le couple Warren parviendra à l’arrêter juste à temps et leur expliquera qu’une sorcière ayant sacrifié son enfant dans leur maison plus d’un siècle auparavant est à l’origine de tous leurs troubles. The Conjuring 2 est actuellement en préparation pour le 10 Juin prochain.

Psychose

psychose

Un des plus célèbres films d’Alfred Hitchcock est aussi l’un des plus violents tant sur le plan physique que psychique et tout particulièrement quand il sort en 1960.

Le film, tout comme « Massacre à la tronçonneuse » et « Le Silence des Agneaux », est adapté de la vie d’Ed Gein dit le « le boucher de Plainfield ». Celui ci victime durant son enfant d’une mère castratrice, dure et fanatique se mit à sa mort à déterrer des cadavres et à assassiner de nombreuses femmes afin de se confectionner un « habit humain » de femme riche. Lors de son arrestation on retrouvera des abats-jour, des gants, et même des draps ainsi que des restes humains chez lui.

Gein est mort d’une insuffisance respiratoire dans un l’hôpital psychiatrique à l’age de 77 ans.

The Girl Next Door

the girl next door

Le film « The Girl Next Door » sorti en 2007 est l’adaptation de l’histoire vraie de Sylvia Marie Likens née le et morte le à l’âge de 16 ans. La jeune fille autant dans le film que dans la vie réelle a été placée chez sa tante Nadine Baniszewski Gertrude par ses parents forains et donc en déplacement permanent, pour $20 par semaine.

Elle y sera presque immédiatement insultée, torturée et mutilée par sa parente aidée de ses fils et d’autres enfants du quartier pour finalement être assassiné d’un violent choc sur la tête. La « tante » de Sylvia sera reconnue coupable de meurtre au premier degré et condamnée à la prison à perpétuité sans possibilité de libération. À propos de ce film Stephen King a déclaré :

« C’est le premier film américain réellement choquant que je vois depuis Henry, portrait d’un serial killer il y a plus de 20 ans. Si vous êtes facilement perturbé, ne regardez pas ce film. Si par contre vous êtes prêts pour un long voyage en enfer, façon banlieue, The Girl Next Door ne vous décevra pas. C’est la version « face cachée de la lune » de Stand by Me. »

L’exorciste

lexorciste

Voilà un film qui aura marqué les générations dès sa sortie en 1973 au point d’être à nouveau adapté en 2010 et 2013. À l’origine tiré du roman de William Peter Blatty, c’est la vie du jeune Robbie Mannhein qui est relatée dans les deux œuvres. Fils unique, Robbie à 13 ans lorsque sa tante Harriet l’initie à l’utilisation d’une planche de Ouija. Mais celle ci meurt quelques temps après en laissant le jeune garçon inconsolable.

C’est peu de temps après que les manifestations paranormales vont se déchaîner. Alors que l’enfant devient étrange et que parfois des marques apparaissent sur son corps, ses parents décident de faire appel au pasteur luthérien, Luther Miles Shulze, au Père Hugues puis aux pères Halloran, Bowdern et Bishop pour les aider et exorciser Robbie.

Wolf Creek

wolf creek

« Wolf Creek » n’est pas un film très connu en France et pour cause, il relate la vie d’un tueur en série Australien du nom de Ivan Milat. Si dans le film le tueur dépèce ses victimes il s’agit là d’une libre adaptation du scénariste car en réalité Miilat les poignarde à la base de la colonne vertébrale pour les paralyser puis les tue au couteau, au fusil ou les décapite.

Encore en vie, il purge une peine de plusieurs perpétuités consécutives assorties de 18 ans supplémentaires.

Chucky

chucky

Qui ne connaît pas la saga « Chucky » ? Avec pas moins de 6 longs métrages réalisés entre 1988 et 2013, la poupée la plus angoissante de l’histoire puise elle aussi ses racines dans des faits réels.

En 1906, une servante Haïtienne que l’on soupçonne de magie noire, offre une poupée au jeune Robert avant d’être renvoyée de la maison. Les deux deviennent inséparables et bientôt les pires manifestations surviennent dans la maison (hurlements, meubles brisés …) alors que le comportement du garçon se détériore à vitesse grand V. Ne quittant jamais sa poupée, Robert Eugène Otto mourra en 1974 la serrant dans ses bras.

Et Robert la poupée reste dans la maison. Les manifestations reprennent de plus belle avec l’arrivée de la fillette du couple suivant dans la maison, les parents décident alors de léguer l’objet au musée de Fort East Martello où elle se trouve encore aujourd’hui. Il paraît qu’elle continuerait à s’acharner à distance sur tous ceux qui lui manquent de respect.

robert la poupee

La colline a des yeux

la-colline-a-des-yeux

Dans le film réalisé par Wes Craven en 1977, une famille Californienne atterri au sein d’une famille de consanguins cannibales après avoir simplement voulu prendre un raccourci par la colline. Le film dont un remake a été tourné en 2006 s’inspire largement de la légende de Sawney Bean et de sa famille (une femme, huit fils et six filles) qui auraient vécus aux alentours de 1600 avant d’être capturés puis exécutés pour meurtre et cannibalisme.

Amityville

amityville

Très connu du grand public pour ses nombreuses adaptations, « Amityville » sort en 1979. Le film relate comment, après avoir acheté une maison théâtre du massacre d’une famille entière par l’un des fils qu’une voix aurait poussé à agir, la famille Lutz va être victime de phénomènes paranormaux violents qui la pousseront à déménager à peine 28 jours après s’être installée laissant la quasi totalité de ses affaires sur place.

L’exorcisme d’Emily Rose

Rebaptisée Emily Rose pour le film sorti en 2005, la jeune femme femme à l’origine de ce film est en fait Anneliese Michel (1952 – 1976), une jeune Allemande particulièrement pieuse qui commença en 1968 à souffrir de terribles accès de tremblements lors desquels elle perdait l’usage de la voix et que l’on attribua d’abord à de l’épilepsie. Mais lorsque la jeune fille se mit à évoquer une série de visages démoniaques dans ses prières, à devenir très agressive et à insulter ses proches, il fut question de possession.

La jeune femme subit alors 8 longues années de maladie pour certains, d’exorcismes (jusqu’à deux par semaine) pour d’autres pendant lesquelles elle cessa de s’alimenter pour finalement mourir en 1976 de malnutrition et de déshydratation.

lexorcisme demily rose

The Town That Dreaded Sundown

« The Town That Dreaded Sundown » est sans doute le film d’horreur de cette liste dont les origines sont les plus obscures.Dans le synopsis un tueur masqué revient 65 ans après ses premiers crimes et se remet à commettre des meurtres au hasard.

Il se pourrait que le film soit inspiré d’un tueur qui sévit en 1946 et tua 8 personnes en l’espace de 10 semaines mais qui ne fut jamais retrouvé …

the town that dreaded sundown

Source


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !