D’après une étude scientifique, le fromage ferait vivre plus longtemps

D’après une étude scientifique, le fromage ferait vivre plus longtemps. Des scientifiques pensent avoir trouvé une substance capable de renforcer la santé cardiaque et prolonger l’expérience de vie.

fromage

La spermidine est une substance qui a été découverte pour la première fois dans du sperme, comme son nom peut le laisser entendre. Toutefois, on la retrouve également en quantité dans certains aliments, dont le fromage, les légumes et les céréales complètes.

Administrée à des souris, la spermidine a permis d’améliorer leur santé cardiovasculaire, et donc de prolonger leur durée de vie, comparativement à des souris témoins. C’est le résultat d’une étude publiée ce lundi dans la revue scientifique Nature Medecine.

Cette étude a été menée par une large équipe, impliquant entre autres de chercheurs autrichiens, italiens, français, mais aussi américains. Dans leur article paru en début de semaine, ils décrivent les détails des expériences menées et expliquent comment la spermidine pourrait contribuer positivement à la santé des humains.

Dans le cas des souris, le composé a permis d’étendre leur expérience de vie d’une durée médiane de 98 jours chez celles qui se sont vu administrer la molécule tout au long de leur vie et de 77 jours chez les souris qui ne l’ont reçu qu’à partir de leurs 18 mois.

Un examen plus approfondi des rongeurs a révélé que ceux qui ont reçu le supplément avaient également une meilleure fonction cardiaque et une pression artérielle plus basse. Les chercheurs ont par ailleurs constaté que malgré la teneur riche en sel du régime de certains rats, ils avaient toujours une pression artérielle basse grâce à l’administration de la spermidine.

Pour les auteurs de cette étude dirigée conjointement par Guido Kroemer, de l’université Pierre et Marie Curie (Paris), Simon Sedej et Frank Madeo, de l’université de Graz, en Autriche, « les effets cardioprotecteurs de la spermidine sont liés à sa capacité à activer l’autophagie, un processus de nettoyage et de recyclage au sein de la cellule ».

Pour aller encore plus loin, notamment pour fournir un début de preuve des éventuels effets de la molécule sur les humains, les chercheurs ont réalisé une enquête auprès d’environ 800 personnes au sujet de leur alimentation. Ils ont constaté que ceux qui consommaient régulièrement des aliments qui contiennent de la spermidine (champignons, céréales complètes, fromage, etc.) avaient moins de symptômes de maladies cardiovasculaires, notamment une pression artérielle plus basse.

Pour finir, ils suggèrent qu’une étude beaucoup plus vaste devrait être entreprise avant que des conclusions solides puissent être tirées.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !