Cyclistes : transformez votre dos en panneau de signalisation

C’est un des aléas de la vie à deux roues. Le manque de moyens pour signaler nos intentions peuvent parfois mener à des situations délicates voire dangereuses. Voilà pourquoi un créateur les Nous devons l’invention en cours de développement à un azerbaïdjanais nommé Elnur Babayev.

Cyclee dispositif vélo signalisation

Conçu comme un compagnon de route, l’invention baptisée Cyclee a été pensée comme une extension bien plus développée que vos bras. Le dispositif pourrait faciliter la relation parfois compliquée pouvant exister entre cyclistes et automobilistes.

En effet, les premiers peuvent parfois adopter un comportement bien différent des seconds, plus téméraires du fait de leur carrosserie. Mais il ne faut cependant pas exclure certains cyclistes pouvant aussi de temps à autre jouer à se faire peur, ne prêtant pas attention à la circulation environnante, pensant que tous les yeux tiennent compte de sa personne.

Le créateur Elnur Babayev, très certainement cycliste de son état a bien tenu compte de ces points et a développé un système appelé Cyclee. Se fixant à l’arrière de la selle, Cyclee se comporte en pico-rétroprojecteur, c’est à dire un rétroprojecteur de petite taille.

Affichant les intentions du cycliste à même son dos, plus besoin alors de devoir tendre son bras à gauche ou à droite pour indiquer un virage, et principalement, l’automobiliste suivant le vélo sera prévenu d’un freinage pouvant survenir à l’improviste, difficilement distinguable.

Cyclee dispositif vélo signalisation

Cyclee est doté d’une puce spéciale le rendant capable d’analyser vos mouvements. Il pourra ainsi déterminer si vous êtes en train de freiner ou de négocier un virage. Bien entendu, son intérêt réside majoritairement lors d’un usage nocturne.

Programmées sur une application mobile, ces applications sont entièrement gérables et personnalisables par le propriétaire avant d’être transférées au petit projecteur qui pourrait simplifier la vie de nombreux amateurs de deux-roues, une étude précisant que les risques sont de 26 à 48 fois plus élevés pour cette partie de la circulation routière.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !