Ctrl + Alt + Suppr : Connaissez-vous la véritable histoire de cette combinaison informatique ?

Si vous êtes un peu geek sur les bords et donc si vous savez utiliser votre ordinateur, vous connaissez sans doute une des combinaisons de touches les plus utiles : la célèbre Ctrl + Alt + Suppr. Inventée en 1981 elle n’est en fait pas du tout une erreur du constructeur IBM comme l’a toujours affirmé Bill Gates.

inventeur ctrl alt suppr

Sans faire durer le suspens plus longtemps, si vous avez déjà utilisé le ctrl + alt+ suppr pour relancer votre machine complètement buggée ou pour fermer une application récalcitrante, vous le devez à David Bradley à l’époque chargé de la construction du premier ordinateur personnel de la marque IBM.

Oui, rappelez-vous qu’en 1981 nous ne sommes pas encore tous accros à nos écrans et d’ailleurs l’immense majorité des foyers n’a pas d’ordinateur, c’est tout juste s’ils connaissent le minitel ! Pour vous remettre dans le contexte, c’est déjà la guerre sur le marché à l’époque. Apple et RadioShack ont sorti leur version du pc de maison et IBM doit absolument et rapidement proposer un modèle à son tour sous peine de se faire distancer.

Créer un ordinateur personnel en moins d’un an

Une équipe est donc chargée de la construction du premier ordinateur personnel de la marque rien que ça, mais il devra être commercialisable dans l’année ! Un réel défi surtout quand on sait qu’à l’époque un ordinateur se redémarre manuellement et effectue une série de tests mémoire à chaque reboot. Et qui dit tests de mémoire dit pertes de temps, et dans les affaires, le temps c’est de l’argent.

David Bradley décide donc d’inventer un moyen de redémarrer la machine rapidement, sans manipulation compliquée et surtout sans effectuer les laborieux scans de mémoire à chaque fois. Voilà comment est né le fameux ctrl + alt + suppr, de l’esprit d’un ingénieur pressé par le temps qui, avec son équipe a d’ailleurs gagné son challenge et proposé un ordinateur personnel IMB à l’automne de la même année.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !