Corée du Sud : Un professeur condamné pour avoir forcé un étudiant à manger des excréments

Il y a des histoires qui interpellent plus que les autres. Celle de cet étudiant inscrit dans une université en Corée du Sud est particulièrement poignante.

Souffre-douleur d’un de ses professeurs, le jeune homme a subit pendant deux années divers sévices physiques jusqu’à être obligé d’ingérer des excréments humains.

toilettes

Un professeur d’université de 52 ans, identifié sous le nom de famille de Jang vient d’être condamné à 12 ans de réclusion criminelle pour avoir torturé physiquement et psychologiquement un de ses étudiants.

Le jeune homme a entre autres été contraint de manger des excréments humains et de boire de l’urine.

« Un meurtre psychologique »

C’est parce que la victime, aujourd’hui âgée de 29 ans à tenté de mettre fin à ses jours que l’horreur de sa condition a pu être révélée.

Durant deux ans, sévices physiques et psychologiques d’une « atrocité inimaginable » ont selon l’accusation engendré une « espèce de meurtre psychologique » qui a valu à l’accusé d’écoper de deux années supplémentaires de prison par rapport au réquisitoire.

L’avocat de l’accusation s’est attaché à démontrer à quel point « l’accusé a piétiné la dignité de sa victime » en le rabaissant plus bas que terre et en profitant d’une faiblesse morale.

Cette abominable histoire débute au moment où le professeur choisi de proposer à son étudiant un emploi au sein d’une ONG.

Au moment de l’entretien, qui se déroule en présence de trois autres étudiants, la victime est attaquée à l’aide notamment d’une batte de baseball. Sa tête est enfouie dans un sac plastique rempli de gaz au poivre puis il est forcé pour la première fois à manger des excréments humains.

Le jeune homme a expliqué avoir toléré de tels agissements avec l’espoir d’obtenir une place d’enseignant au sein de l’université en question ….

Les co-accusés du professeur sadique écopent quant à eux de peines de prison comprises entre 3 et 6 ans de prison de ferme.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !