Les chiens comprennent ce que vous dites, mais aussi la manière dont vous le dites

Grâce à une région de leur cerveau qui est semblable à celle des humains, les chiens comprendraient non seulement nos mots, mais sauraient également interpréter les intonations.

chiens-mots

Une étude dont les résultats ont été publiés cette semaine dans la revue américaine « Science » montre que le cerveau des chiens est capable non seulement d’interpréter ce que nous disons, mais également la manière dont nous le disons.

« Debout », « assis », « couché »… ce sont des mots simples que comprennent tous les chiens. Ils réagissent également lorsqu’on les appelle par leur nom. Ce n’est donc pas un scoop, on sait qu’ils arrivent bien à comprendre certains de nos mots, et sans doute plus lorsque nous leur parlons.

Pour des chercheurs de l’université Eötvös Loránd de Budapest, les chiens interprètent également l’intonation. Le centre du plaisir dans leur cerveau n’est activé que lorsque des paroles de gentillesse et de louanges sont accompagnées de la juste intonation. En effet, comme chez les humains, l’hémisphère droit de leur cerveau leur permet d’analyser et de recevoir avec les émotions correspondantes les intonations de la voix, alors que l’hémisphère gauche sert à comprendre le sens des mots.

Selon les chercheurs, les mécanismes neuronaux qui permettent d’interpréter les mots ont beaucoup évolué chez les chiens. L’étude montre que quand ils vivent dans un environnement où l’on communique beaucoup, comme c’est le cas dans les familles, ils développent dans leur cerveau les représentations du sens des mots, même s’ils sont incapables de parler. C’est exactement comme cela que ça se passe chez les humains, notamment chez tous petits enfants qui s’habituent à la communication.

« Le cerveau humain non seulement analyse séparément les mots que nous entendons, mais aussi la manière dont ils sont dits, intégrant les deux types d’informations pour parvenir à un sens », explique Attila Andics du département d’éthologie de l’université Eötvös Loránd.

Il ajoute pour finir que les résulats de l’étude permettent « de conclure que le cerveau des chiens fonctionne de manière très similaire », une découverte qui pourrait aussi aider à faciliter la communication et la coopération entre chiens et humains, poursuit-il.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !