C’est la fin des CAPTCHA : Google les remplace par un mécanisme invisible

Vous les avez déjà forcément rencontrés un nombre incalculable de fois. Les « CAPTCHA », ce système de vérification anti-robot va laisser place à un mécanisme moins irritant pour les internautes.

 

Des centaines de millions d’internautes surfent chaque jour sur le web. Et parmi eux, on compte un nombre important de robots qui sont le plus souvent destinés à des fins malsaines. Alors, par mesure de sécurité, la grande majorité des sites web n’hésitent pas à installer un système anti-spam dans le but de vérifier si les actions effectuées pendant les visites viennent des humains et non des robots.

La technique permettant de différencier un humain d’un bot est connue sous le nom de « CAPTCHA » (Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart). Elle a été développée par l’université Carnegie-Mellon qui l’a améliorée plus tard avec une vérification plus corsée baptisée reCAPTCHA . Le nouveau système a été racheté en 2009 par Google qui en est depuis le répondant.

Le géant de Mountain View vient d’annoncer la mise au point d’un système encore plus avancé qui ne manquera pas de mettre les reCAPTCHA à la poubelle. Et c’est sans doute une bonne nouvelle pour les internautes puisque la nouvelle formule est loin d’être un casse-pied. Tout le processus de vérification sera en effet entièrement invisible et ne nécessitera aucune interaction humaine.

Autrement dit, Google a développé un algorithme capable d’analyser le comportement des internautes et de juger sans aucune autre mesure s’il s’agit de visiteurs humains ou non. Fini donc les textes ou chiffres à saisir, tout comme les « je ne suis pas un robot » à cliquer, avec éventuellement un certain nombre d’images à identifier pour pouvoir valider un formulaire sur le web.

Il faudra tout de même tempérer sa joie puisque chaque administrateur de site web devra adopter le nouveau système. Un certain temps sera donc nécessaire pour voir disparaître complètement les reCAPATCHA traditionnels.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !