Cancer du sein : L’alcool comme facteur aggravant

Depuis plusieurs années déjà le lien entre consommation d’alcool chez la femme et augmentation du risque de développement du cancer du sein avait pu être établi. Toutefois, il est aujourd’hui enfin possible de quantifier ce lien et ainsi de franchir une étape supplémentaire dans la prévention.

cancer sein alcool

Alcool et cancer du sein, deux fléaux liés

Chaque année des milliers de cancers du sein sont diagnostiqués à travers le monde au cours de consultations ou de dépistages pour des femmes de tous ages.

Alors que 17% des cancers du sein seraient directement liés en France à la consommation d’alcool des patientes, les médecins sont aujourd’hui capables de quantifier cette liaison. Selon les dernières études, le risque de voir se développer un cancer de ce type serait accru de 15% et ce, même si la consommation d’alcool est faible, soit de l’ordre de trois à six verres par semaine.

D’après le Dr Chin-Yo Lin, biologiste du cancer et principal auteur de l’étude, l’absorption d’alcool favoriserait le développement du gène BRAF lui-même connu pour favoriser le développement des cellules cancéreuses mais également pour diminuer les effets du traitement standard contre le cancer du sein, le tamoxifène.

L’expertise précise également qu’au delà de trois « unités » par jour (soit 10 cl de vin ou 25 cl de bière par unité), le risque bondit de 40 à 50% par rapport à une femme qui ne consomme pas d’alcool du tout. Les risques de récidive sont également jugés plus importants lorsque la patiente consomme de l’alcool même à faibles doses.

On rappelle que le cancer du sein est le premier cancer des femmes en France devant les cancers du côlon-rectum et du poumon. Cependant, plus un cancer est diagnostiqué tôt plus il y a de chances de le voir disparaître, ce qui est particulièrement valable pour le cancer du sein.

Si de nouveaux outils comme le gant ultra-sensible peuvent être associés à des actions de prévention plus nombreuses et mieux ciblées alors de nouvelles vies pourraient être sauvées chaque année.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !