Cancer : rendre le traitement plus efficace en ramollissant les tumeurs

Des chercheurs français testent une nouvelle méthode de traitement contre le cancer qui permettrait de mieux le guérir.

La résistance physique des tumeurs est l’une des entraves à l’efficacité des traitements actuels. Pour pallier cette contrainte, un cartel de chercheurs français venant du CNRS, de l’Inserm, de l’Université Paris Descartes et de celui de Paris Diderot a testé une méthode reposant sur le chauffage des tumeurs, connue sous le nom de nanohyperthermie. Ce faisant, ces scientifiques ont réussi à ramollir des tumeurs malignes, les rendant plus réceptifs à la chimiothérapie.

Le procédé commence par une injection de nanotubes de carbone directement dans les tumeurs. Ils sont ensuite activés par laser de manière ciblée, ce qui permet de ne pas affecter les tissus sains situés tout autour.  » Le laser agit alors dans les seules zones d’accumulation des nanotubes, qui vont chauffer sous son action « , expliquent les auteurs.

La méthode a pour le moment été testée sur des souris avec succès. Celles-ci ont subi deux séances de nonohyperthermie séparées d’une journée d’intervalle. Lors de chacune des séances, les tumeurs ont été chauffées à 52 °C pendant trois minutes. D’après les chercheurs, « elles se sont d’abord rigidifiées, avant de ramollir progressivement dans la dizaine de jours qui ont suivi le traitement ».

L’importance de cet affaiblissement des tumeurs obtenu est non négligeable, car, combiné aux séances de chimiothérapies, il offre de meilleures chances de vaincre les cellules cancéreuses tout en évitant les métastases. Cette première étape franchie par les scientifiques français doit s’accompagner d’une confirmation du procédé à l’échelle humaine.

Le monde scientifique ne cesse de multiplier les recherches dans le but de trouver des traitements permettant de meilleurs taux de guérison. L’espoir est permis, et l’on ne peut que souhaiter que les avancées soient palpables dans un avenir proche.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !