Bientôt des moustiques génétiquement modifiés pour combattre Zika

Des moustiques transgéniques seront libérés dans la nature aux États-Unis. Leur but : réduire la prolifération du moustique tigre.

moustique-tigre

L’agence américaine du médicament (Food and Drug Agency, FDA ) vient de donner son feu vert pour le test d’un moustique transgénique (OX513A) annoncé comme une arme dans la lutte contre le moustique tigre (Aedes aegypti) et contre le virus Zika.

Le moustique OX513A est une variante transgénique de l’Aedes aegypti, mise au point par la société Britannique OxitecAvec des agents de la FDA, celle-ci effectuera dans les prochains jours des tests dans le but de valider l’efficacité de son prototype.

La démarche consistera à libérer une colonie de moustiques mâles génétiquement modifiés (le mâle ne pique pas l’Homme). Ceux-ci s’accoupleront avec les femelles de la nature de sorte que chaque nouveau-né issu de ces accouplements meurt très rapidement. Le but du procédé est d’empêcher la croissance et la reproduction des moustiques Aedes aegypti, réduisant ainsi leur prolifération.

Au Brésil, aux îles Caïmans ou encore au Panama, OX513A a déjà fait ses preuves, réduisant d’au moins 90 % la population locale du moustique tigre, affirme la société Oxitec dans un communiqué.

Son expérimentation aux États-Unis intervient dans le contexte où le moustique Aedes aegypti vient de créer les premiers cas de contraction du virus Zika par piqûre. Il y a quelques jours, pas moins de 14 cas avaient été recensés en Floride.

Avant ces contaminations, 1657 cas de Zika avaient été recensés dans le pays. Tous les patients l’avaient contracté par voie sexuelle ou après avoir voyagé dans des zones à risques (principalement en Amérique latine).

Si les tests s’avèrent concluants, les États-Unis pourraient autoriser la commercialisation du moustique transgénique OX513A comme arme de lutte contre le moustique tigre et contre la progression des maladies graves dont il est à l’origine, notamment le virus Zika, le chikungunya et la dengue.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !