Les barres de chocolat Kinder « seraient potentiellement cancérigènes » ?

Une association allemande appelle au retrait de barres de chocolat Kinder, mais aussi celles d'autres marques, car elles contiendraient une forte concentration d’hydrocarbures d'huiles minérales. Celles-ci sont identifiées comme étant des substances « potentiellement cancérigènes ».

Barres kinderL’association allemande du nom de Foodwatch est en quelque sorte l’équivalent allemand de 60 millions de consommateurs ou de l’UFC-Que Choisir qui se sont fait beaucoup entendre ces dernières semaines. Les alertes se multiplient en effet à l’encontre de certains produits de consommation courante jugés potentiellement dangereux.

L’association Foodwatch a en ce qui la concerne effectué des tests sur les barres de chocolat Kinder. Les analyses lui ont permis de déceler la présence en quantité élevée d’hydrocarbures d’huiles minérales également désignées par MOAH. Celles-ci sont pourtant reconnues par l’autorité de sécurité alimentaire européenne comme étant des substances pouvant s’avérer toxiques lorsqu’elles sont ingérées en très grande quantité.

Qu’est-ce qui explique leur présence ?

Ces substances se retrouvent dans certains aliments à cause des emballages ou des machines de fabrication. En effet, elles sont utilisées par l’industrie agroalimentaire pour fabriquer les papiers servant à enrouler les barres de chocolat. Elles peuvent également être utilisées pour lubrifier les machines de fabrication, ce qui explique qu’on puisse les retrouver dans certains produits alimentaires.

D’autres marques sont aussi pointées du doigt

La société Ferrero détentrice de la marque Kinder n’est pas la seule à avoir été épinglée par l’association allemande. Celle-ci accuse également d’autres fabricants, dont Lindt et ses nougats Fioretto  Minis, mais aussi Aldi qui propose les friandises Sun Rice..

Comme d’habitude, les entreprises accusées essaient de se défendre. Dans un communiqué, Ferrero s’explique :

« Ensemble avec tous nos partenaires de chaîne d’approvisionnement, nous travaillons sur des solutions techniques pour minimiser ces substances omniprésentes autant que possible et éviter leur transfert vers la nourriture ».


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !