AVC : un simple geste pour le prévenir

Chaque année les accidents vasculaires cérébraux font plus de 130 000 victimes en France, dont 60 000 morts. Il existe pourtant un moyen simple de les prévenir et qui pourrait sensiblement réduire le nombre de personnes touchées, rappellent des associations dans le cadre d’une campagne de sensibilisation.

prendre son pouls

Mesurer son propre rythme cardiaque est un geste routinier simple et à la portée de tous. En prenant son pouls, on peut détecter à l’avance des anomalies ou facteurs de risque. À travers une campagne lancée dans le cadre de la Journée européenne de l’AVC, des associations rappellent l’importance de ce geste simple et de son efficacité dans la détection d’un facteur de risque particulier : l’arythmie cardiaque.

Également connue sous le nom de fibrillation atriale, l’arythmie cardiaque est une pathologie qui affecte 1 % de la population française, principalement les personnes âgées de plus de 65 ans. Elle passe souvent inaperçue, mais représente un risque important. La fondation Cœur et Artères explique qu’il y a 5 fois plus de risque de faire un AVC quand on est touché par l’arythmie.

Prendre son pouls pour détecter des anomalies

C’est un geste assez simple à réaliser. Il suffit « d’appliquer l’index et le majeur sur l’artère au niveau du poignet ou sur la carotide située au niveau du cou ». Cela permet de compter le nombre de pulsations. Il faut le faire tout en suivant le temps à l’aide d’une trotteuse de montre ou un chronomètre.

Au-delà de 120 pulsations par minute, il peut s’agir d’une arythmie cardiaque. Il devient alors important de consulter son médecin. Aussi, faut-il rappeler qu’en dehors de pulsations irrégulières, d’autres signaux tels que des essoufflements, des palpitations, des douleurs thoraciques ou des vertiges peuvent annoncer un AVC.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !