Armageddon : voici les technologies pouvant éviter la chute d’astéroïdes sur la Terre

À l’occasion de l’Asteroid Day ayant eu lieu lundi 30 juin, l’agence spatiale européenne (E.S.A.) a profité de cette journée spéciale pour dévoiler son programme de lutte contre le « seul désastre naturel que nous pouvons prévenir ».

Astéroïde terre programme

Rendons-nous à l’évidence, les chances de voir notre espèce annihilée par l’arrivée d’un rocher venu de l’espace comme il est arrivé pour les dinosaures sont plutôt faibles. Généralement, ce genre d’Exterminateur comme les spécialistes les surnomment ne se produisent « que » tous les 100 à 200 millions d’années.

Mais mieux vaut prévenir que guérir car bien que les gros astéroïdes se font rares, les plus petits (100 mètres à 5 km de diamètre) peuvent également causer de gros dégâts ; voilà pourquoi la communauté de scientifiques plongée dans les étoiles a tenu à mettre au point l’Asteroid Day. Pour sensibiliser le plus grand nombre aux risques venus du ciel.

Voici un aperçu des technologies conçues pour tenter d’éviter la chute d’astéroïdes pouvant mettre en danger la survie humaine.

1. L’attraction gravitationnelle de la méthode ARM

Astéroïde ARM méthode traction gravitationelle

La première tentative se nomme ARM (Asteroid Redirect Mission) et consisterait en une capture de l’astéroïde via la traction gravitationelle. Le projet de la NASA semble particulièrement dingue. Il consisterait à envoyer une sonde à la rencontre d’un astéroïde géocroiseur. Là, il le tracterait jusqu’à la lune afin de l’y mettre en orbite pour pouvoir l’étudier.

Cette méthode ARM permettrait ainsi de franchir une étape clé dans la conquête de Mars. Les astronautes pourraient d’abord s’entraîner sur l’astéroïde pour y tester des technologies, systèmes de propulsion, etc. Aussi, cette capture permettrait d’analyser plus facilement les aspects géologiques des géocroiseurs, afin de déterminer comment s’en débarrasser en cas de risque.

2. La collision

Astéroïde Didymoon méthode déviation

Développée par la NASA et l’ESA, cette méthode encore théorique permettrait de provoquer une déflection de l’objet spatial. Une sonde est envoyée afin de pousser l’astéroïde jusqu’à le faire dévier de sa trajectoire initiale.

L’agence spatiale européenne et avec la NASA préparent une double mission pour 2020. L’ESA enverra se poser sur la lune de l’astéroïde Didymos baptisée Didymoon, une sonde qui analysera l’impact de la sonde DART envoyée par la NASA afin de pousser le rocher.

3. Le canonnage

Astéroïde Hayabusa 2 méthode déviation

L’agence spatiale Japonaise (JAXA) peut être considérée comme une pionnière en la matière. En 2010, elle avait déjà envoyé avec une succès une sonde se poser sur un astéroïde et avait également pu récupérer des échantillons. Aujourd’hui, la nouvelle sonde Hayabusa 2 est en cours de route et devrait arriver au niveau d’un autre astéroïde plus imposant d’ici 2018.

Hayabusa 2 tirera alors un projectile sur le rocher céleste afin d’y créer un cratère. Là il s’y posera afin d’y réaliser prélèvements et autres analyses, comme par exemple, si le projectile a modifié sa trajectoire.

4. Le nucléaire

Astéroïde nucléaire méthode déviation

On se rapproche du scénario d’Armageddon, est-ce mauvais signe ou pas ?

Le Washington Post révélait l’existence d’ogives nucléaires entreposées alors qu’elle auraient dû être détruites. Le Gouvernement américain avait rétorqué qu’elles attendaient une évaluation sur leur capacité de défense contre des géocroiseurs.

Ici pourtant, selon le physicien John Ramos, il ne s’agirait pas de forer l’astéroïde pour l’éclater mais bien de la faire exploser à proximité. La déflagration viendrait provoquer des gaz chauds à la surface du caillou. Ceux-ci entreraient en expansion et propulseraient l’objet hors de sa trajectoire initiale.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !