Amokrane Sabet le champion français d’arts martiaux abattu devant les caméras par la police de Bali

Hier, un Français en situation irrégulière sur l’île de Bali a été abattu par la police indonésienne. Il s’agissait du champion de MMA Amokrane Sabet, également surnommé Kiane Sabet.

L’homme aurait tenté de se soustraire à son arrestation avant de faire une victime parmi les policiers.

amokrane sabet facebook

crédits : amokrane sabet / facebook

De nombreuses plaintes et un Visa expiré depuis plusieurs mois

Si la police s’est déplacée jusqu’au domicile du champion d’arts martiaux mixtes, c’est qu’Amokrane Sabet n’avait jusque là jamais répondu à ses multiples convocations.

Selon les déclarations du porte-parole de la police de Bali, « Il y a eu beaucoup de plaintes contre cet homme qui mangeait toujours au restaurant sans payer, avait un couteau sur lui et harcelait les gens, mais il ne s’est jamais présenté à nos convocations pour être interrogé. »

Installé depuis deux ans dans le petit village très touristique de Canggu, le sportif au physique particulièrement imposant dont le Visa avait expiré depuis Septembre dernier, devait donc être arrêté en vue de son expulsion. Sur les images des différents réseaux sociaux et la vidéo disponible sur Youtube, on peut le voir hurlant et brandissant un couteau « I am God. Shoot me, shoot me! » (Je suis Dieu, abattez-moi, abattez-moi !).

Un policier aurait alors tenté de s’approcher de lui afin de le ramener à la raison. C’est à ce moment que le champion de MMA l’aurait mortellement agressé à l’aide du couteau qu’il avait semble-t-il en permanence sur lui.

La quarantaine d’homme mobilisée pour l’opération s’est alors vue obligée de réagir en tirant plusieurs fois sur le Français que l’on peut voir s’effondrer quelques instants plus tard. Il est important de souligner que de tels faits divers sont rares à l’intérieur des frontières de l’Indonésie, pourtant le quatrième pays le plus peuplé au monde après la Chine, l’Inde et les États-Unis.

Sur son profil Facebook, le sportif montrait de l’avis général des signes de désordre mental en se faisant parfois appeler « Jesus Christ » ou par l’apposition régulière du nom « Dieu » à côté du sien.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !