Alzheimer : un test salivaire pourrait bientôt permettre de dépister la maladie plus tôt

Avec plus de 900 000 malades d’Alzheimer en France et une estimation à 1.3 million de personnes atteintes en 2020, la France et sa population vieillissante sont de plus en plus confrontées aux problèmes liés à cette maladie neurodégénérative.

Selon certains chercheurs canadiens, un test salivaire pourrait bientôt faire son apparition et en faciliter le dépistage.

test salivaire alzheimer

Alors que le Canada compte près de 750 000 personnes de plus de 65 ans atteintes de la maladie d’Alzheimer, le pays est à la pointe de la recherche en ce qui concerne son dépistage.

Au mois de Juin dernier, 90 chercheurs lançaient une immense campagne à travers tout le pays afin de trouver le moyen de détection le plus précoce et le plus efficace qui soit.

Des marqueurs dans la salive

Cette semaine, à l’occasion de la « Alzheimer Association International Conference »qui se tenait à Washington, des spécialistes de l’Université d’Alberta au Canada ont pu présenter le résultat de leurs recherches sous forme d’un test salivaire.

Après avoir étudié un groupe de 100 personnes porteuses ou non de la maladie ou même des symptômes, ils ont pu remarquer que leurs salives présentaient des marqueurs différents pour chacun des trois groupes. De nouvelles recherches devraient permettre d’approfondir le sujet et de comprendre comment et surtout à quel moment ces marqueurs apparaissent.

Selon les estimations des scientifiques, il se pourrait que le dépistage puisse se faire 10 ans plus tôt qu’à l’heure actuelle.

Avec en second avantage un acte beaucoup moins invasif que même une simple prise de sang, donc indolore et réalisable plus facilement, cet échantillonnage salivaire pourrait représenter une révolution à la fois dans la détection, mais également dans la prévention et donc dans la guérison de la maladie.

Rappelons que les patients qui souffrent d’Alzheimer déclarent rarement les premiers symptômes avant 65 ans mais qu’un dépistage précoce pourrait assurer une bien meilleure prise en charge et ce dès les prémices de l’infection.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !