Alcool : Des scientifiques ont découvert les neurones de la sobriété

Des chercheurs ont découvert un neurone qui a pour rôle d'inhiber l'envie de boire.

alcool

Bien des personnes deviennent alcooliques en tombant dans une boucle infernale de consommation. Des scientifiques pensent avoir découvert ce qui en est la cause.

D’après une étude des chercheurs de l’université du Texas, le cerveau humain contient des neurones particuliers nommés D2 qui stoppent le désir de boire. Mais le problème, c’est que ces neurones se  désactivent automatiquement quand nous commençons à consommer trop d’alcool.

Cette désactivation entraîne des envies compulsives qui vont favoriser la consommation excessive.

L’implication des neurones D1

Si les neurones D2 ont pour rôle d’inhiber le désir de boire, les neurones D1 quant à eux  jouent un rôle opposé. Ces derniers stimulent en effet la consommation excessive d’alcool après la neutralisation de leurs antagonistes. Les chercheurs ont retracé le processus de manière précise chez des souris.

Cette neutralisation a plus tendance à se produire lors des cycles répétés de consommation élevée d’alcool, espacés par des périodes d’abstention.

« Cela pourrait expliquer en partie le phénomène de « binge drinking » , qui séduit tant de jeunes adultes », note le Dr Jun Wang, membre de l’équipe de recherche.

Le binge drinking (beuverie effrénée en français) est un mode de consommation excessif de boissons alcoolisées sur une courte période de temps, par épisodes ponctuels ou répétés. « Ce mode de consommation d’alcool inhibe les « bons » neurones (D2), active leurs antagonistes (D1) et pousse à l’excès. »

D’après le docteur Jun Wang,  l’on est encore loin de pouvoir répliquer les tests avec succès chez l’homme, mais ils restent convaincus qu’il sera à l’avenir possible de stimuler les neurones D2, soit par des médicaments, soit par des simulations électriques. On pourrait ainsi espérer traiter efficacement l’alcoolisme.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !