À deux doigts d’être amputé après la morsure d’une araignée

Un touriste belge qui passait ses vacances en France, dans le Vaucluse, a été mordu par une araignée en août dernier. Trois semaines plus tard, il échappe de peu à une double amputation des jambes.

loxosceles-reclusa

Le touriste belge âgé de 69 ans s’était rendu le 16 août dans un hôpital à Vaison-la-Romaine après s’être réveillé avec des douleurs aux deux genoux. Pendant son sommeil, il avait été mordu à plusieurs reprises par une araignée. Les médecins lui prescrivent un traitement antibiotique et le laissent rentrer.

Environ trois semaines plus tard, le touriste retourne à l’hôpital dans un état critique, cette fois au CHU d’Avignon. Ses deux genoux se nécrosent à vue d’œil, et pour les médecins, le pire avait commencé à être envisagé : une double amputation des jambes pour éviter la généralisation de l’infection.

Heureusement, l’homme a pu s’en sortir après une opération chirurgicale, qui a permis d’ôter les chairs nécrosées. Il est ensuite retourné en Belgique, où il a été hospitalisé avant d’être renvoyé à nouveau chez lui avec un traitement antibiotique.

Un puissant venin

L’araignée violoniste — de son nom scientifique loxosceles reclusa— n’a dans l’apparence rien de plus effrayant que les autres types d’arachnides. Toutefois, sa morsure peut s’avérer dangereuse à cause de son venin virulent, surtout lorsqu’une importante dose est injectée. Le poison peut détruire localement les vaisseaux sanguins de la victime et provoquer une nécrose des tissus.

Les cas de complications sont rares

Cette mésaventure du touriste belge est à compter parmi les rares cas de complications suite à la morsure d’une araignée violoniste. La dernière fois que cela s’était produit, c’était il y a sept ans, quand un Orangeois a été mordu durant sa sieste. Son bras s’était mis à noircir et à se nécroser. Mais la victime avait finalement été sauvée grâce à un antidote importé des États-Unis.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !