8 types de cancer supplémentaires liés au surpoids

Des chercheurs viennent de trouver que huit types de cancer supplémentaires sont associés au surpoids, ce qui porte le nombre total à 13.

obesite

Des scientifiques du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ont passé au peigne fin plus de 1000 études portant sur l’obésité et le risque de cancer. Pour Graham Colditz, président du groupe de travail du CIRC, « le fardeau du cancer dû au surpoids ou à l’obésité est beaucoup plus important que ce que l’on pensait ».  

Être en surcharge pondérale augmente les risques de cancer de l’estomac, de la vésicule biliaire, du foie, du pancréas, de l’ovaire et de la thyroïde. Le myélome multiple (un cancer du sang) et le méningiome (un cancer du cerveau) sont également favorisés par l’excès de poids.

Les mêmes chercheurs du CIRC avaient fait savoir en 2002 que le surpoids pouvait favoriser le développement des cancers de l’utérus, du sein, du rein, de l’œsophage et du côlon.

Selon le professeur Colditz, un bon style de vie est indispensable pour la réduction des risques de cancer. Pour lui, les efforts de santé publique devraient être davantage axés sur des facteurs tels que la promotion des exercices physiques et d’une alimentation saine, tout comme la lutte contre le tabagisme. Ce sont des facteurs que les gens peuvent réellement contrôler.

Cependant, les chercheurs reconnaissent que la perte de poids n’est pas une tâche facile. Même ceux qui ont de la volonté et qui y consacrent beaucoup d’effort ont du mal à atteindre leurs objectifs. Dans ce cas de figure, ils conseillent d’orienter les efforts dans le sens de ne pas prendre des kilos supplémentaires, ce qui devrait déjà être louable.

Dans le monde, environ 110 millions d’enfants et 640 millions d’adultes sont obèses. Une étude a montré en 2012 que 32,3 % des français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids et 15 % présentent une obésité.

Plusieurs raisons expliquent les liens entre surpoids et cancers. D’abord, l’excès de graisse favorise une surabondance de l’insuline, de la testostérone et de l’œstrogène, ce qui provoque des inflammations dans l’organisme. Ces dernières sont connues comme étant un facteur favorisant le développement de tumeurs.

Les résultats de l’étude de CIRC ont été publiés dans la revue The New England Journal of Medicine.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !