Ces 5 points vont vous aider à trouver vos cauchemars moins flippants

Les cauchemars tout le monde en fait, les seules différences sont la fréquence à laquelle il reviennent et leur intensité.

Apprenez à mieux les appréhender pour être moins effrayé la prochaine fois que vous en ferez, et pour cela découvrez 5 faits logiques pour décortiquer les cauchemars.

cauchemar

crédit : TommL via Getty Images

Il y a le mauvais rêve et le cauchemar, il y celui qui vous laisse un arrière-goût amer et celui qui vous réveille en pleine nuit tellement il vous a fait peur.

Et pour cause, les cauchemars les vrais ont l’air beaucoup plus réels que les simples rêves que l’on qualifie au réveil de désagréables. Le docteur Antonio Zadra de l’Université de Montréal et spécialiste des cauchemars l’explique ainsi :

« Les cauchemars sont généralement plus intenses, et ce qui les distingue c’est que le plus souvent, la personne est réveillée en pleine nuit soit à cause du côté désagréable des images, soit à cause de la force des émotions. »

À l’approche d’Halloween, voici donc 5 faits scientifiques pour vous permettre de démystifier vos prochains mauvais rêves plus facilement.

  • 1. Les cauchemars permettent à votre esprit d’évacuer le stress

Il arrive que ce type de rêves soit le résultat d’un stress post-traumatique ou d’un problème d’ordre psychologique, mais la plupart du temps les cauchemars n’ont rien à voir avec ça et sont même plutôt bénéfiques à votre esprit en lui permettant d’évacuer une certaine anxiété.

Votre imagination monte alors un scénario de toutes pièces en fonction du sentiment négatif qui l’oppresse, il peut s’agir de la peur, du désespoir, du stress, de la culpabilité ou encore de la colère.

  • 2. Vous n’êtes pas seul à rêver de ces choses horribles

Dans une étude publiée par le même université, 10 000 rêves provenant de 331 personnes différentes ont été étudiés pour parvenir à cette conclusion ; les rêves ne sont pas uniques et une grande partie d’entre nous partage les mêmes.

Les thèmes les plus communs à avoir été cités sont les insectes, le fait de tomber ou d’être poursuivi, le décès d’un proche, un conflit grave, le sentiment d’une présence diabolique et de graves soucis de santé. Toujours selon le docteur Zadra :

« Les cauchemars révèlent nos plus grandes peurs universelles. »

cauchemar tomber

crédit : iStockphoto

  • 3. Interpréter vos rêves ne vous apportera pas forcément de renseignement utiles

Si Freud était un féru de l’interprétation des rêves, les scientifiques d’aujourd’hui ne se penchent plus vraiment sur leur signification globale, ils tiendraient pour acquis le fait que tous les rêves apportent leur lots de peurs, de désirs et d’espoirs.

Plus besoin donc de compulser votre dictionnaire des rêves pour en apprendre plus sur votre subconscient, les cauchemars ne posséderaient pas d’interprétation générale.

« Ça ne veut pas dire que les rêves n’ont aucune signification, mais ils sont extrêmement différents d’une personne à l’autre. »

  • 4. Des thèmes récurrents en fonction des hommes et des femmes

Vous imaginez que vous êtes le seul à subir d’horribles peurs nocturnes et à rêver de la fin du monde ou du départ de votre conjoint ?

N’ayez plus peur, comme vous chaque nuit des milliers de personnes s’imaginent que l’apocalypse est arrivée ou qu’elles se retrouvent seules au monde après un horrible conflit familial, il s’agit d’ailleurs là des deux thème les plus récurrents en fonction des sexes.

Durant l’étude, 9.4% des hommes ont déclarés retrouver la fin des temps dans leurs rêves contre seulement 4.7% des femmes.

  • 5. Les cauchemars sont liés aux troubles du sommeil

La plupart du temps, avec les cauchemars, le plus gros problème est la fatigue qui en résulte le lendemain due au manque de sommeil et aux réveils successifs ou non. Parfois seulement les choses vont plus loin et d’autres troubles peuvent apparaître comme des hallucinations ou des terreurs nocturnes.

Au final il faut reconnaître qu’il y a peu de choses plus perturbantes qu’un vrai cauchemar avec toutes les images et les sensations qu’il comporte, mais la prochaine fois que ça vous arrivera, souvenez-vous que vous n’êtes pas seul et tachez de relativiser, et surtout joyeux Halloween !


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !