41% des français estiment que les vaccins ne sont pas sûrs

Une étude publiée dans la revue EBioMedecine nous apprend que quatre Français sur dix estiment que les vaccins ne sont pas sûrs.

vaccins-francais

Des chercheurs de la London School of Hygiene & Tropical Medicine (Royaume-Uni) ont mené une vaste étude sur la confiance accordée aux vaccins dans 67 pays. D’après leurs résultats, la France sort championne des pays où les gens doutent de leur sûreté. En effet, 4 Français sur 10 ne feraient pas confiance aux vaccins.

Au total, plus de 65 000 personnes ont été sondées dans le cadre de cette étude. Si dans l’ensemble elles s’expriment plutôt en faveur de la vaccination, seuls 12 % remettent en cause sa sécurité. Il ressort que les pays européens s’avèrent être les plus sceptiques à propos des vaccins. Sept des dix pays les moins confiants se situent en effet sur le vieux continent. Et la France vient en tête avec 41 % de personnes qui estiment que les vaccins ne sont pas sûrs, un record.

Comment expliquer un tel scepticisme ?

Les Français ont-ils une bonne raison d’être méfiants envers les vaccins ? La réponse est oui.

Rappelons qu’en 1994, une vaste campagne avait été lancée par le gouvernement afin de vacciner plus de 20 millions de Français contre l’hépatite B. Mais en 1998, le secrétaire d’État à la Santé Bernard Kouchner suspend la vaccination dans les collèges, soupçonnant ce vaccin d’être responsable de maladies neurologiques dont la sclérose en plaques.

Pour le professeur Robert Cohen, interrogé par Europe 1, cela a été « le péché originel », d’autant plus que pour lui, « plus de 20 ans après, on n’a toujours aucune preuve que ce vaccin induise des scléroses en plaques et nous sommes le seul pays du monde à encore avoir un doute sur ce plan-là ».

Il affirme par ailleurs que « les autorités de santé n’ont pas fait leur travail de rassurer la population sur des effets indésirables qui n’avaient rien de particulier », citant d’autres épisodes liés aux vaccins qui auraient pu être mieux gérées, notamment la « vaccination contre la grippe H1N1 ou encore celle contre le HPV ».


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !